Pour être sûre de ne pas me faire mal, j'ai caché — longtemps — la clé de certains aspects de moi. 🗝

Surtout ceux liés à mon goût pour l'art et le plaisir car je me considérais ridicule et ... pas vraiment à la hauteur.

(alors que dans des tas de domaines, j'avais largement confiance)

"Rentrer dans une case", c'était pourtant impossible pour moi.

☝️ Jusqu’au jour de ma naissance, mon père était ravi. Pour cause, à plusieurs reprises, les médecins avaient annoncé à mes parents qu’ils attendaient un petit garçon. Et moi, je suppose que j’ai inconsciemment essayé de contenter tout le monde, même s’il avait été admis de ne plus m'appeler Benoît.

☝️ Aussi, lors de ma formation d’enseignante en Kundalini Yoga, le maître m’a dit de but en blanc : “Tu es un alien : ni homme, ni femme”.

☝️ Je suis née tout juste à l'interstice entre scorpion et sagittaire. Genre, au degré zéro sur le cadran.

Alors, j'ai décidé que cette vie serait dédiée à cela : faire un choix plus créatif que ce qui est déjà proposé. 🤷🏻‍♀️

Surtout que, même un milieu artistique — un seul en particulier — me semble trop étriqué. 🌈 

  • J’ai fait une école d’Arts Visuels : j’ai un diplôme en illustration et j’ai étudié le stylisme ; l’impact qu’ont les couleurs sur nous.
  • J'ai été danseuse.
  • Je jouais du piano.
  • J'ai suivi des formations en écriture créative et en copywriting.
  • Je me suis aussi penchée pendant des années sur différents sujets : la psychologie et ses dérivés (psychanalyse, psychologie cognitive, techniques de développement personnel, coaching, spiritualité, tantra) et également le marketing, les études de genre, etc. 

Aucun regret : j'ai appris des tas de choses incroyables.

Mais comme je change souvent de terrain de jeux, je ne me sens pas facilement à la hauteur : il y a toujours une amélioration qui m’attend (et même enseigner, ça ne m’a jamais rassuré).

C'est en lançant KTD que j’ai pu dépasser mes résistances. Un. pas. après. l'autre. 👟 Pour finalement ... oser me sentir créatrice.

Je n’ai plus pu rejeter la faute sur les autres. Tu sais, la société, les profs, mes anciens traumas, mes collègues ou un boss.

Parce qu’au fond, quand je ne fais pas vraiment ce que je souhaite, je le sais : c'est de ma faute. Celle de personne d’autre. Pas même de mon soi-disant manque de talent !

C'est mon choix, et je le change ...

  • ... en agissant
  • ... en me posant les bonnes questions
  • ... en m’entourant des bonnes personnes.
  • ... et en osant sortir de ma zone de confort.

Je crois que c'est par là que tout commence.

J'ai donc naturellement voulu aider des femmes créatives qui sont paralysées — tout comme je l'étais.

Je veux qu'ensemble on fasse bouger les choses, parce que ☞

Mon kif à moi, c'est d'inventer un monde que je trouve beau.

Kiss The Difference, c'est se défaire des clichés et assumer une trajectoire professionnelle singulière et créative.

RÉSERVE TA SÉANCE OFFERTE

Je ne veux pas d’un monde indifférent à la beauté !

Un monde sans art, sans réflexion, sans profondeur...

Et puis, je ne supporte pas non plus l'injustice. Et je trouve particulièrement injuste de voir tant de finesse, de passion et d'émotions gaspillées simplement parce que ce monde ne comprend pas la poésie.

J'ai vu trop de femmes créatives souffrir. Et j'ai vu trop de crapules réussir... et finir par abuser de leur pouvoir.

J'ai donc décidé d'aider ces femmes à trouver un chemin qui englobe à la fois la simplicité et la complexité.

Mon plus grand plaisir est de les inviter à aimer chaque petit bout de leur personnalité, à s'afficher sans honte et à exprimer pleinement leur beauté, tout en étant bien entourée.

J’ai un penchant pour les âmes sensibles.

J’ai donc voulu créer Kiss The Difference spécialement pour des femmes atypiques, des femmes exigeantes, des femmes compliquées… qui n’ont qu’une envie : se nourrir de beauté, aimer et être aimées, telles qu’elles sont, avec toutes leurs contradictions, et changer le monde grâce à leur projet.

Une image à la fois, j'ai exigé d'être vue dans ma différence, et ça m'a guérie.

Pour moi, tout a très mal commencé...

Pendant longtemps, j’ai eu peur de la superficialité de mes envies. J'avais peur d'être égoïste, narcissique ou arrogante. Je souhaitais être reconnue mais je ne me retrouvais pas dans les valeurs de mes proches. Et je gardais tout en moi jusqu'à exploser (généralement en plaquant tout: mes amis, mon boulot, mon pays...).

Je recevais des informations contradictoires: “Tu es trop timide, tu n’as pas assez confiance en toi, tu devrais plus oser” … versus … “Oh, que te faut-il à la fin, tu te prends pour qui à être si exigeante? Et si tu te contentais comme tout le monde d’avoir une vie normale?” et ça faisait des allers-retours dans ma tête.

Il m’a fallu pas mal de voyages intérieurs et extérieurs pour me dépouiller de ces messages parasites, m'entourer des bonnes personnes et enfin me sentir sûre de moi dans mes relations.

Aujourd'hui, je me sens légère, bien dans mon corps mais surtout, je me sens appréciée et respectée malgré un esprit atypique et une hypersensibilité pas simple à gérer, tant dans ma vie professionnelle que personnelle.

J'ai réintégré la féminité et la fierté dans ma vie.

Je me sentais complètement ridicule. Ridicule de m'intéresser à la mode, à la beauté, à la sensualité et à la douceur.

Tu vois, j'étais considérée comme une intello. Et j’ai voulu correspondre à ce qu’on attendait de moi : être une tête.

Malgré la grande sensibilité avec laquelle je suis née (je ne m’en suis souvenue que plus tard), j’avais coupé tout lien avec mon corps.

Et sans corps, tout devient abstrait. Tout est flou. Tout est source de remise en question : j'avais donc une tendance exagérée à tourner sept fois mon cerveau dans son bain céphalo-rachidien avant d’être à moitié convaincue de ma propre opinion (c’est très fatigant et plutôt contre-productif). Je voulais TOUT comprendre. Absolument tout. Et je remettais toujours tout en question.

Aujourd'hui, mon travail se base sur des notions qui m'auraient fait mourir de honte il y a quelques années: la féminité, la beauté, le plaisir corporel et la fierté.

Tu nous rejoins ?

Dénichons 3 de tes particularités + comment les extérioriser pour que tu sois reçue avec ⭐️ très grande ⭐️ distinction dans un environnement où ça compte.

Je me permettrai de te confronter de temps à autre — avec empathie et fermeté.

Distinguer une émotion. Déterrer un désir. Déchiffrer des contradictions. Développer un grain.
Toi et moi, on ouvrira la voie pour aborder des sujets qui dérangent.

Mots d’ordre : nuance, magie & poésie.

DÉCOUVRE LES DIFFÉRENTS PROGRAMMES

Je veux encourager les entrepreneures à :

  • se (ré)approprier leur langage, leur image et leurs méthodes avec justesse.
  • renouveler les visages de la réussite et de l’excellence.
  • inspirer un nouveau monde.

"La plus grande humilité est d'honorer sa propre beauté."
Arnaud Riou